L’usine théâtre du pouvoir

Direction et salariés à Faverges (mars-avril 1976)

Table des matières
Introduction Première partie: Chronologie du conflit Chapitre un: Le changement de climat en France et à Faverges 1. La zone grise des Trente glorieuses finissantes 2. Le déclenchement du conflit: ruptures d'allégeance et regain de combativité (fin novembre 1975-10 mars 1976) Chapitre deux: La grève de mars-avril 1976 1. L'unité d'action contre la direction (12-25 mars) 2. Premières failles, premières velléités autogestionnaires (25 mars-5 avril) 3. Savoir terminer une grève? Divisions syndicales et douloureuse « sortie de crise » (6-21 avril) Deuxième partie: Gouverner la « masse amorphe » Chapitre trois: Un patronat « moderne » et dérouté 1. L'ambition initiale d'incarner une modernité patronale 2. Le délitement des évidences: l'expérience du conflit 3. Mettre en place un dispositif de gouvernement plus solide Chapitre quatre: La question du pouvoir posée aux syndicats 1. Précisions préliminaires: méthodologie ou politique? Questionner le syndicalisme n'équivaut pas à une dénonciation 2. Deux conceptions du militantisme et du rapport à la « base »: CGT et CFDT durant le conflit 3. Le leadership au service de l'autogestion? Le cas de Jean-Charles Violi Troisième partie: Anthropologie historique du contemporain Chapitre cinq: « Ce que veut au juste cette France qui bouge »: la question des revendications 1. Sous la comptabilité, le sentiment de la justice: les classifications 2. Importer Lip à Faverges? La question du pouvoir à l'usine Chapitre six: Carnaval ou événement? Des idées et des corps subversifs 1. La dénaturalisation de l'ordre et du normal 2. Parenthèse rituelle, ou irruption « sérieuse » de l'inédit? Épilogue: La question Grinberg/ Vinaver 1. La « double vie » 2. Qu'est-ce qu'un théâtre politique? Conclusion Annexe
SOMMAIRE

L’usine théâtre du pouvoir

Direction et salariés à Faverges (mars-avril 1976)

Doit-on parler de double vie ? Grand dramaturge du monde du travail contemporain, récent prix Molière, Michel Vinaver s’est également confronté personnellement à l’âpreté du monde professionnel contemporain, en menant de front écriture et management en entreprise. Dans les années 1960 et 1970, il travaille en effet pour Gillette, qui lui confie ensuite la direction générale de l’entreprise S.T.Dupont . Aux sociabilités artistiques et parisiennes, font alors suite les rugueux rapports de force du monde social et provincial. Ce récit relate la réaction du dramaturge face au très âpre conflit social avec occupation d’usine, survenu en 1976 alors qu’il était PDG de l’entreprise. Après avoir suivi la chronologie de cet événement qui bouleverse les relations sociales au sein de l’entreprise, cet ouvrage revient sur les enjeux majeurs qui animent le conflit – et qui en expliquent en partie l’ardeur : carnaval ou événement ? Éruption éphémère de velléités perturbatrices, ou mai 68 à retardement en milieu paysan et catholique ? Qu’est-ce que diriger des hommes en milieu privé ? le monde de l’entreprise fonctionne-t-il en vase clos préservé de l’histoire, ou est-il soumis aux bourrasques de l’histoire ? Autant de questions qui éclairent l’œuvre d’un dramaturge majeur de notre temps.

Histoire

Ils en parlent



À propos de l'auteur

Dans la même collection

Theme Little Rabelais designed by BALLA

The too big ASCII art easter egg was removed (sorry Hugo) by Etienne Nadji