Contre les déserts médicaux

Les officiers de santé en France dans le premier XIXe siècle

Table des matières
nouveauté
SOMMAIRE

Contre les déserts médicaux

Les officiers de santé en France dans le premier XIXe siècle

Et si nos déserts médicaux n’étaient pas une fatalité ? Ils n’ont en effet pas toujours existé, comme en témoigne l’histoire des officiers de santé.

Conscients que les docteurs en médecine, en nombre insuffisant, ne s’installeraient pas en masse dans les campagnes françaises, les législateurs créèrent à leurs côtés des officiers de santé. Entre 1803 et 1854, près de 20 000 jeunes gens embrassèrent cette carrière de médecins de second ordre, formés de façon plus pratique, plus courte et moins coûteuse que les docteurs. Encouragés par l’administration, ils s’installèrent dans les villages délaissés, d’autant plus facilement qu’ils étaient issus des classes modestes des sociétés villageoises. Vivant modestement, ils furent des  omnipraticiens indispensables aux ruraux. Les déserts médicaux réapparurent toutefois à partir du milieu du xixe siècle, lorsque l’accès à cette carrière d’officiers de santé devint plus difficile et plus coûteux.

Outre la description de ces soignants méconnus et décriés, le livre fait découvrir une population rurale ouverte au changement ainsi qu’une administration locale plus soucieuse d’accommoder le droit pour satisfaire les intérêts des populations plutôt que d’appliquer rigoureusement les règlements nationaux.

Histoire
Médecine

Ils en parlent



À propos de l'auteur

Olivier Faure


Olivier Faure, professeur émérite à l’université de Lyon et membre du LARHRA, est spécialiste d’une histoire de la médecine qu’il aborde principalement par les marges et du point de vue des patients. Il a entre autres publié Les Français et leur médecine (Belin 1993), La longue histoire de l’homéopathie (Aubier 2015) et une collection d’articles Aux marges de la médecine (PUP 2015).



Dans la même collection

Theme Little Rabelais designed by BALLA

The too big ASCII art easter egg was removed (sorry Hugo) by Etienne Nadji