La Pharmacie centrale de France

Une coopérative pharmaceutique au XIXe siècle

Table des matières

Introduction

Genèse et fondation de la pharmacie centrale de France

La fabrication et la commercialisation des produits

La Pharmacie centrale et la défense des intérêts professionnels du pharmacien d’officine

Conclusion

SOMMAIRE

La Pharmacie centrale de France

Une coopérative pharmaceutique au XIXe siècle

Scandales sanitaires, lobbying éhonté et quête illimitée du profit au mépris de la santé publique, la « Big pharma » souffre aujourd’hui d’une image négative.
Pourtant les entreprises pharmaceutiques nées en Europe (et plus particulièrement en France) au cours du XIXe siècle ont contribué à l’amélioration de l’état sanitaire des populations.
Ce livre nous plonge dans la genèse de cette industrie, au travers d’une entreprise emblématique : la Pharmacie centrale de France. Fondée en 1852 par un pharmacien parisien, François-Louis-Marie Dorvault, la Pharmacie centrale de France est devenue en 50 ans la plus grande fabrique, et en même temps la plus grande maison de vente de produits chimiques et pharmaceutiques française.

Histoire

Ils en parlent

Au travers de l’exploitation intensive des archives de la PCF, il en propose une analyse très internaliste qui parvient cependant à restituer finement les logiques à l’œuvre dans sa genèse et son fonctionnement. Le principal apport du travail de Nicolas Sueur est de réussir à mener de front analyse économique et analyse sociale, au sujet d’une institution à la jonction de l’histoire d’un groupe socio-professionnel et de celle du capitalisme.

 



À propos de l'auteur
Nicolas Sueur

Nicolas Sueur


Nicolas Sueur est agrégé d’histoire. Il enseigne l’histoire-géographie au lycée Saint-Charles à Marseille et est chercheur associé au LARHRA (Laboratoire de recherches historiques Rhône-Alpes). Cet ouvrage est issu d’une thèse soutenue à l’université Lyon III en 2012, laquelle a obtenu le prix de l’Académie de pharmacie.



Dans la même collection

Theme Little Rabelais designed by BALLA

The too big ASCII art easter egg was removed (sorry Hugo) by Etienne Nadji