La métamorphose des jardins européens

Les Baumann de Bollwiller (XVIIIe-XXe siècle)

Table des matières
nouveauté
SOMMAIRE

La métamorphose des jardins européens

Les Baumann de Bollwiller (XVIIIe-XXe siècle)

En fondant les pépinières Baumann vers 1735 à Bollwiller, Jean Baumann crée une pépinière d’arbres fruitiers à objectif mercantile et révolutionne ainsi les pratiques arboricoles d’alors. L’activité se développe rapidement en s’orientant vers l’horticulture ornementale. Elle connaît son heure de gloire au XIXe siècle, documentée notamment par des archives familiales et par des articles dans diverses revues horticoles. L’entreprise perdure, non sans difficultés de transmission, à travers six générations, jusqu’en 1969, mais sans jamais plus atteindre la renommée des Frères Baumann.
Le succès extraordinaire de cette entreprise repose sur sa capacité à s’approvisionner et à reproduire des plantes rares et prisées : camélia, séquoia géant, sophora pleureur… La pépinière se charge elle-même de leur commercialisation, sur un marché en expansion et en constante mutation. Ainsi, ces plantes participent à la propagation d’un goût nouveau : celui pour la végétation exotique, propice à l’évasion par la rêverie. Son champ d’activité principal de production horticole est complété par le travail de « dessin de jardins », diffusant notamment en Alsace et en Suisse les jardins pittoresques.
L’étude de cet établissement pionnier éclaire un angle mort de la recherche historique à savoir l’histoire de l’horticulture. Elle met en avant l’importance de cette nouvelle activité économique, jouant le rôle du maillon manquant entre la plante rare et celle largement diffusée dans les jardins. Cette histoire éclaire la conception des grands jardins européens du XIXe siècle.

Histoire


À propos de l'auteur

Cécile Modanese


Cécile Modanese est responsable du service Pays d’art et d’histoire/culture/tourisme et du Pôle culturel et touristique de la Neuenbourg (Alsace). Elle est chercheuse associée au CRÉSAT, Université de Haute-Alsace.



Dans la même collection

Theme Little Rabelais designed by BALLA

The too big ASCII art easter egg was removed (sorry Hugo) by Etienne Nadji