L’école des sages-femmes

Naissance d’un corps professionnel 1786-1917

Table des matières

Introduction

Chapitre I : « Il se croit dispensé d’entrer dans aucun détail sur la nécessité d’un cours d’accouchement »

Sur toutes les bouches…

La diffusion du discours

Duplication du discours d'Ancien Régime : une parole captive ?

Trame, fil et navette : le tissage d’un discours

Matrones, sages-femmes, accoucheuses : flou du vocabulaire et sévérité du jugement

Routine et impéritie, aux deux sources du discours dénonciateur

« Dans un pays où tous viennent au monde égaux et libres, chaque naissance est une époque importante »

« C’est d’elles que dépendent souvent la santé et la vie d’un grand nombre d’individus »

La mesure d’une ambition : le choix de la sage-femme

Mésestime ou lucidité ?

Chapitre II : Sages-femmes en Révolution

L’héritage et ses figures

Continuité institutionnelle et projet politique

« Attendons de nos législateurs… »

Pénélope à son ouvrage : les législateurs révolutionnaires

Les cours d’accouchement avant la loi de l’an XI : approche humaine et matérielle

Maintenir, créer, financer : les coulisses des cours d’accouchement

Le fonctionnement des cours

Se porter au-devant des élèves : heurs et malheurs du cours itinérant

Chapitre III : De l’institution à la loi, naissance de la sage-femme française

École exceptionnelle, école unique : l’Hospice de la Maternité de Paris

Et Paris ?

Maintien et invention de la Maternité dans la constellation européenne

Une seule école pour former la sage-femme française : le ministre et le médecin

Des ambitions à la pratique

19 ventôse an XI

Dans le sillage parisien, obstination de la politique ministérielle

L’enseignement obstétrical français à l’épreuve du Grand Empire

La légitimité départementale : résistances locales et appropriation de la loi de ventôse

Paris comme repoussoir

Défense et illustration de l’enseignement obstétrical de province

Chapitre IV : Mailler la France d’écoles

Les cours d’accouchement français au XIXe siècle

L’éclosion des lieux d’enseignement, une évolution non linéaire

Le rayonnement des centres d’enseignement

Les dynamiques interdépartementales

Le fonctionnement des cours : formes et financement

De la tolérance à l’autorisation

Les cadres officiels de la formation publique

Contributeurs et allocations budgétaires

Chapitre V : L’élève sage-femme : un portrait social

« Cet état si méprisable » (Pierre Eyméoud, 1791)

« Tirer les élèves de la classe des pauvres »

D’où viennent les sages-femmes ?

Boursière ou « à ses frais » ? Pouvoir payer son instruction

De la terre à la boutique

Filles et sœurs d’accoucheuses, sages-femmes « par famille » ?

Des mères difficiles à atteindre

Mère-fille, tante-nièce, quelle transmission ?

Sororité professionnelle, une voie à part

Chapitre VI : L’éclosion de l’agent de santé publique

Façonner une nouvelle sage-femme

Un privilège de la jeunesse et du célibat ?

Du plomb en or : l’alchimie du choix de l’élève

L’élaboration d’un modèle d’éducation pour un idéal socio-professionnel

Sage-femme sous le voile

De l’État au département, la sage-femme, agent au service des populations

La sage-femme, une diplômée de l’État

Agent de santé publique

Des élèves départementales pour des sages-femmes départementales

Chapitre VII : Le personnel des écoles d’accouchement

Professer l’art des accouchements : un titre, deux postes

La sage-femme et le professeur : entre exception parisienne et adaptations départementales

Le professorat, enjeu de pouvoir

Compléter le savoir des élèves et tenir la maison

Répétitrices et sous-maîtresses : le ballet des aides

Sous l’autorité des Sœurs…

… et sous l’œil des commissions de surveillance

Chapitre VIII : Savoirs et méthodes

Savoir lire, écrire et accoucher : l’instruction primaire des élèves sages-femmes

Pour la mère, la femme et l’enfant

La science obstétricale : définitions, manuels et ouvrages de référence

Sage-femme, gynécologue, puéricultrice et pédiatre ?

Apprendre et retenir

La répétition au cœur des apprentissages

Passer de la théorie à la pratique

« Au lit des parturientes »

Élargissement du savoir et progrès des soins

L’ancrage de l’obstétrique dans une approche physiologique élargie

Quelle formation « continue » hors du cadre scolaire ?

La révolution pasteurienne ou l’irruption conjointe du microbe et de l’asepsie

Chapitre IX : La résistance d’une profession

De contestations en concurrence, une place à trouver

Réformer la loi de ventôse an XI : bilans et projets du milieu du siècle

Le médicament et l’instrument : aux portes de l’obstétrique complexe

L’usure du système napoléonien

La loi du 30 novembre 1892

Les décrets d’application et la mise en œuvre de la réforme

Le désir permanent de réforme

Le bilan d’un siècle de formation obstétricale

Combien de sages-femmes ?

Première et deuxième classes : vers l’unification du corps

Conclusion

Abréviations

Sources

nouveauté
SOMMAIRE

L’école des sages-femmes

Naissance d’un corps professionnel 1786-1917

Protéger l’homme « au moment où il arrive au port de la vie », telle est la mission que les gouvernements français, de l’Ancien Régime à la IIIe République, assignent aux sages-femmes. Accompagnatrices des mères et désormais membres du corps médical, les sages-femmes se sont constituées au cours du XIXe siècle en profession scientifique, détentrice d’un savoir riche et varié. Partout en France, leur formation a occupé administrateurs et médecins, faisant naître des dizaines d’écoles départementales, dont le dynamisme n’a souvent eu que peu à envier à l’école de l’Hospice de la Maternité de Paris.

Du cours hospitalier à la véritable école-maternité, les institutions de formation ont accueilli en un siècle des dizaines de milliers de jeunes femmes qui, leur diplôme en main, ont été se faire dans les campagnes les « institutrices du système de santé » français.
Lettrées, compétentes et respectées, les sages-femmes ont ainsi fait bénéficier leurs patientes d’une qualité de soins acquise aux meilleures sources du savoir obstétrical. Légitimées par leur formation et le monopole que l’État leur accorde face aux matrones, elles ont mis au monde l’essentiel de la population française, ont vacciné des générations de nouveau-nés et se sont faites les chantres de l’hygiène pasteurienne dès ses débuts. L’histoire de l’émergence de ce corps professionnel, né d’une volonté politique et du consentement des accoucheuses, est riche d’enseignements pour les enjeux contemporains de la naissance et de ses acteurs.

 

Histoire


À propos de l'auteur
Nathalie Sage Pranchère

Nathalie Sage Pranchère


Nathalie Sage Pranchère, archiviste-paléographe et historienne, Université Paris-Sorbonne, Centre Roland-Mousnier (UMR 8596).



Dans la même collection

Theme Little Rabelais designed by BALLA

The too big ASCII art easter egg was removed (sorry Hugo) by Etienne Nadji