Cathédrale d’Orléans

Table des matières

Introduction

La cathédrale dans sa ville

Pascal Liévaux

L’architecture

Le chevet du XIe siècle

Pierre Martin

Sainte-Croix d’Orléans, dernière en date des grandes cathédrales gothiques

Alain Villes

Louis XIV et Sainte-Croix

Frédéric Aubanton

Cologne et Orléans, les deux dernières cathédrales de type « classique »

Peter Kurmann

Le décor monumental

La sculpture

Le décor sculpté de la façade occidentale

Guilhem Scherf

Les vitraux

Les vitraux de la cathédrale

Jean-Pierre Blin

L’origine des verres de la rose du transept sud de la cathédrale Sainte-Croix d’Orléans : complémentarité entre textes et analyses

Christian de Valence et Bernard Gratuze

Les objets et œuvres d’art

Le mobilier et les œuvres d’art

La cathédrale d’Orléans et son mobilier. Actualité des restaurations

Gilles Blieck

Le modèle en bois de la façade occidentale de la cathédrale d’Orléans (1737-1740)

Gilles Blieck

Le trésor

Les objets funéraires des évêques d’Orléans conservés dans la cathédrale (XIIIe-XIVe siècles)

Jean-Vincent Jourd’heuil

Le patrimoine instrumental et technique

Les grandes orgues

Emmanuel Sury

Mesure de la pesanteur de l’air à Sainte-Croix d’Orléans en 1673

Christian de Valence

Conclusion : La cathédrale aujourd’hui

Actualités des travaux

Régis Martin

Postface

Actualités : les chantiers, les programmes de recherches, les projets (création vitraux...)

Frédéric Aubanton.

SOMMAIRE

Cathédrale d’Orléans

Plus grand édifice gothique érigé durant la période moderne, la cathédrale d’Orléans a une place à part dans l’histoire de l’architecture française. Après sa destruction par un petit groupe de huguenots, sa reconstruction non pas à l’identique mais dans un style gothique hérité du Moyen Âge, durera deux siècles. De l’architecture du bâtiment à ses ornements, ce livre richement illustré analyse en détails l’histoire et les caractéristiques de cette cathédrale atypique.

Détruite par les huguenots dans la nuit du 23 au 24 mars 1568, la cathédrale Sainte-Croix d’Orléans devient un symbole retentissant de la discorde civile et de la folie fanatique qui ont ravagé le royaume de France durant les guerres de religion. C’est pourquoi la paix revenue, Henri IV investit la cathédrale martyre d’une nouvelle charge symbolique, celle de la concorde civile et de la prospérité recouvrée, avec la volonté de reconstruire en plus beau un joyau architectural irrémédiablement détruit. Le souverain catholique pose le 18 avril 1601 la première pierre d’un chantier qui ne s’achèvera que le 8 mai 1829, avec l’inauguration de l’édifice par Charles X. La cathédrale d’Orléans est le plus grand chantier religieux royal de l’époque moderne en France.
Doit-on parler de restauration ou de rénovation de la vieille cathédrale ? En réalité, il s’agit bien d’une reconstruction quasiment à neuf, incroyablement homogène, qui fonde une œuvre originale dans le paysage architectural français : une cathédrale gothique à l’âge classique ! Loin d’être la survivance d’un art périmé ou la répétition paresseuse de techniques éprouvées, la cathédrale d’Orléans est l’archétype d’un style à part entière : le « gothique moderne ».

À l’instigation des services du ministère de la Culture (DRAC Centre-Val de Loire), des restaurations de grande ampleur ont été entreprises et se poursuivent avec régularité, confirmant année après année la profonde originalité de la cathédrale d’Orléans parmi les grandes cathédrales françaises.

Art
Histoire

Ils en parlent



Dans la même collection

Theme Little Rabelais designed by BALLA

The too big ASCII art easter egg was removed (sorry Hugo) by Etienne Nadji