Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne – t. II-1

Persistances du nom unique. Le cas de la Bretagne. L'anthroponymie des clercs

Table des matières

À mi-chemin de l'enquête

Le cas de la Bretagne :

A. Chedeville
L'anthroponymie bretonne

L'anthroponymie des clercs :

M. Bourin et P. Chareille
Introduction : un autre mode de séignation pour les clercs ?

D. Barthelemy
Une enquête à poursuivre : l'anthroponymie des famuli de monastères au XIe siècle

M.C. Fiève, M. Bourin et P. Chareille
Désignation des clercs et des laïcs en Touraine : le cartulaire de Noyers. Etude d'anthroponymie comparative

F. Michaud-Fréjaville
Un cheminement divergent, l'anthroponymie des clercs dans le Centre de la France. (Berry-Nivernais. Le cartulaire de Sainte Croix d'Orléans)

P. Beck
Anthroponymie et désignation des clercs en Bourgogne (Xe-XIVe)

N. Pascaut
L'anthroponymie des clercs en Dauphiné : la région de Grenoble vers 1100

M. Bourin
L'anthroponymie des clercs en Bas-Languedoc : le cartulaire du chapitre d'Agde

M. Bourin et P. Chareille
Pour les clercs, un système de désignation différent, mais les mêmes noms

Liste des tableaux et graphiques

SOMMAIRE

Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne – t. II-1

Persistances du nom unique. Le cas de la Bretagne. L'anthroponymie des clercs

Un peu avant ou un peu après 1100, il est devenu d'usage dans les territoires qui constituent actuellement la France et sans doute assez largement en Europe occidentale de désigner dans les chartes les individus par deux noms, un nomen proprium suivi d'un cognomen, cognomen qui se stabilise peu à peu en un patronyme. Il est apparu essentiel d'observer les résistances à la diffusion des nouvelles manières de dénommer les individus.

Histoire


Dans la même collection

Theme Little Rabelais designed by BALLA

The too big ASCII art easter egg was removed (sorry Hugo) by Etienne Nadji