Le concept HBO

Élever la série télévisée au rang d'art

Table des matières

Introduction 

Première partie – Création

Politique du mécénat : de l’art pour l’art ? 

Un paysage audiovisuel américain morcelé 

Le marketing des beaux-arts selon HBO

Valse critique à trois temps du New York Times

De la télévision commerciale à l’art télévisuel

Une liberté créatrice « totale » 

Pour l’amour du risque (et plus si affinités) 

Des séries plus courtes, plus rares, plus chères 

Luck, ou les limites de l’indépendance artistique

Deuxième partie – Stratégie

Au diable les chiffres d’audience !

The Wire, la profession de foi de HBO 

Tell Me You Love Me, (à) la limite de l’expérimental 

Une ou deux locomotives, et le reste suivra… 

La course perpétuelle au succès 

Westworld, le calme dans la tempête

La « comédie en théorie » : du genre au format 

Troisième partie – Œuvre

Qu’est-ce que la série HBO ? 

Oz, de l’anti-feuilleton au soap opera 

Cinemax, l’autre chaîne premium de Time Warner 

Les poètes ne jurent pas 

Ces (grandes ?) séries que vous ne verrez jamais 

Une fidélité à toute épreuve 

Imaginez HBO sans Tony Soprano…

Si proches, et pourtant si loin du but 

Quatrième partie – Environnement

Des antennes mondiales pour s’ouvrir à l’autre 

Un plan d’expansion, pas de saturation 

Être invité, c’est respecter les règles de son hôte 

Des séries originales produites localement 

Netflix : le nouvel HBO ? 

Ce n’est pas de la télévision

Le succès, une notion toute relative

Quand l’épisode ne crée plus l’événement 

Conclusion 

Bibliographie 

Ouvrages et publications 

Rapports, études et colloques 

Documentaires

Index chronologique des séries de HBO 

Anthologies 

Comédies 

Dramas 

Miniséries 

 

 

indisponible
à paraître
SOMMAIRE

Le concept HBO

Élever la série télévisée au rang d'art

La chaîne du câble premium américain HBO revendique une démarche artistique sans concession : « It’s Not TV. It’s HBO ». Sous son impulsion, c’est un véritable « troisième âge d’or » des séries américaines qui prend corps à la fin des années 1990. Face à une concurrence de plus en plus rude et protéiforme, elle continue aujourd’hui d’avancer et de donner naissance à des séries qui créent l’événement.

Quelle est la profession de foi qui a permis à la chaîne de produire tant d’œuvres majeures de l’ère « post-network » ? Que nous révèle l’autre versant de ses propositions toujours plus hétéroclites, entre succès d’estime et échecs retentissants ? Comment propage-t-elle son image de marque à l’étranger depuis le début des années 1990 ? Quel regard porter sur la concurrence d’un genre nouveau qu’incarne Netflix, le géant américain du streaming qui s’est positionné dès janvier 2013 comme le « nouvel HBO » ?

Ce livre est la première étude scientifique de grande ampleur consacrée à HBO en langue française. Combinant une réflexion d’ensemble et des micro-analyses de nombreuses séries de la chaîne, il nourrit plus largement une réflexion à la fois historique et esthétique sur la télévision américaine.

 

Série


À propos de l'auteur
Benjamin Campion

Benjamin Campion


Benjamin Campion est doctorant et travaille sur la nudité frontale et le sexe explicite dans les séries télévisées de HBO. Auteur de la monographie Damages. Une justice à deux visages, il est également responsable du blog séries officiel du journal Libération, « Des séries… et des hommes ».



Dans la même collection

Theme Little Rabelais designed by BALLA

The too big ASCII art easter egg was removed (sorry Hugo) by Etienne Nadji