Genèses d’une œuvre de traducteur

Elmar Tophoven et la traduction transparente

Table des matières
indisponible
à paraître
SOMMAIRE

Genèses d’une œuvre de traducteur

Elmar Tophoven et la traduction transparente

Le traducteur allemand Elmar Tophoven (1923-1989) a constitué au cours de sa carrière de riches archives documentant son travail sur les des écrivains tels que Samuel Beckett, Alain Robbe-Grillet, Nathalie Sarraute et Claude Simon.
Élaborant une méthode appelée « traduction transparente », il a consigné en notes son processus de traduction, d'abord sur des fiches, puis à l'ordinateur. Loin d'être effacé et invisible, le traducteur donne ainsi à voir son travail d'écriture et de création, se manifestant ainsi comme l'auteur du texte traduit. Cette auctorialité s'ancre tout d'abord dans les discours qui construisent la figure du traducteur, depuis sa biographie jusqu'à sa posture. Elle doit être aussi considérée comme le fruit d'une trajectoire sociale, qui se situe dans un champ de la traduction en voie d'autonomisation. Elle est enfin révélée par l'analyse génétique des manuscrits que la pratique de la traduction transparente a permis de créer et de conserver.
Grâce à cette méthode visant à améliorer la condition des traductrices et traducteurs littéraires, Elmar Tophoven peut non seulement être considéré comme l'auteur d'une véritable œuvre traductive, mais aussi comme un acteur important ayant contribué à faire reconnaître la dimension auctoriale de toute traduction.

Littérature


À propos de l'auteur

Solange Arber


Solange ARBER est agrégée d’allemand et maîtresse de conférences à l’université de Picardie Jules-Verne.



Dans la même collection

Theme Little Rabelais designed by BALLA

The too big ASCII art easter egg was removed (sorry Hugo) by Etienne Nadji